Le Comité Scientifique et Technique (CST) s’est réuni pour la première fois le 10 avril dernier. Cette première réunion a surtout été une prise de contact de ses membres et a donné l’occasion à la direction du CCSD d’exprimer ses attentes.

Composé pour au moins un tiers de chercheurs et enseignants-chercheurs, le rôle du CST est de conseiller, fixer et planifier les évolutions de HAL et des plates-formes du CCSD. Il contribue à établir les cahiers des charges et suit les évolutions des protocoles internationaux en matière d’archives ouvertes.

Les discussions et échanges qui ont traversé la journée ont permis de déterminer les points forts suivants :

Garantir le développement de la plateforme HAL. Il s’agit de finaliser les phases de test et de lancement de la nouvelle version à l’automne, d’où la nécessité de renforcer l’équipe actuelle du CCSD par des emplois stabilisés qui permettraient de garder les compétences développées par les personnes embauchées pour des contrats à durée déterminée.

Des interventions ont, à ce propos, attiré l’attention sur la fragilité des plateformes qui dépendent des métiers de l’informatique et de l’IST et souligné l’erreur profonde, sur un plan stratégique, de ne pas pouvoir garder et pérenniser le personnel qui en a la charge.

L’urgence de trouver des solutions durables pour renforcer l’équipe du CCSD en vue de la rentrée 2015 a été clairement réaffirmée. Proposition a été faite d’un courrier émanant du CNRS à destination du MESR, faisant état d’une demande de moyens humains supplémentaires.

Préciser une stratégie de communication sur une offre globale de services (HAL, Episciences.org, SciencesConf.org) qui touche à la fois les institutions et le chercheur individuel. Cela participerait à la fois de la mise en visibilité des services et des retours de ces derniers en termes d’alimentation sur les plateformes, prise en compte de l’open process.

Pour HAL, associer la qualité des documents diffusés (sélection/modération), élargir la typologie tout en respectant les principes de l’open access en matière d’archives ouvertes et d’archives institutionnelles. Christine Berthaud, directrice du CCSD, a insisté sur l’importance de la question qui est au cœur même de la qualité d’une Archive ouverte au service de la recherche.

Les échanges ont également fait ressortir que la diffusion se dissocie de la certification, mais que cette dernière garde toute son importance. Dans ce domaine, les communautés de chercheurs jouent un rôle central dans l’appui pour l’évaluation et la sélection des contenus. La prise en compte des nouvelles modalités d’évaluation a été envisagée comme une question scientifique primordiale à débattre et à préciser lors des chantiers.

A l’issue de la réunion, et à partir des échanges qui ont pu se tenir, les chantiers identifiés sont les suivants, classés par priorité :

  • Chantier 1 : Modération scientifique

Ce chantier abordera pour HAL la question de contrôle de dépôts et leur modération ; il se penchera sur la question de la typologie des documents que HAL pourra être à même d’accepter. Il répondra à la question de savoir à quel élargissement cette typologie peut s’étendre et définira ainsi le périmètre de l’archive ouverte.

  •  Chantier 2 : Articulation HAL et portails institutionnels

Ce chantier abordera la question des embargos à prendre en compte selon que la demande concerne des dépôts dans HAL ou dans les portails institutionnels développés dans HAL. Ce sera l’occasion d’aborder le cas des embargos indéfinis et donc des documents qui ne pourraient jamais être mis en ligne. Ce type de documents est déjà géré dans certains portails, comme HAL-Inserm. Le chantier abordera également la question des données de la recherche déjà présentes dans l’archive et qui peuvent être amenées à se développer.

  • Chantier 3 : Ergonomie

Chantier important mais moins prioritaire que les deux précédents, il fera l’objet d’une discussion lors des prochains CST.


Les membres du CST

  • Raymond Bérard ( CNRS – INIST)
  • Christine Berthaud (CNRS – CCSD)
  • Claire Blin (UPMC)
  • Marc Bonnet (ENSTA – Mathématiques appliquées et sciences de l’ingénieur)
  • Chérifa Boukacem-Zeghmouri (Lyon 1, Elico, URFIST de Lyon)
  • Marin Dacos (Open Edition)
  • Thierry Dauxois (Laboratoire de physique, ENS de Lyon)
  • Frank Debouck (Ecole Centrale de Lyon)
  • Renaud Fabre (CNRS – DIST)
  • Martine Garnier Rizet (ANR – Contenus numériques et actions)
  • Odile Hoffmann (IRD)
  • Odile Hologne (INRA)
  • Jean – Yves Lemeur (CERN)
  • Marie Anne Leriche (CEA)
  • Marie Pascale Lizée (MESR)
  • Sandrine Malotaux (INP-Toulouse)
  • Michel Marian (MESR)
  • Jacques Millet (INRIA)
  • Didier Pelaprat (INSERM)
  • Laurent Romary (INRIA)
  • François Joseph Ruggiu (CNRS – INSHS)