Grâce à la collaboration entre Software Heritage (SWH), Hal-Inria et le CCSD, HAL s’ouvre à un nouveau type de données scientifiques : le logiciel. Les chercheurs ont donc désormais la possibilité de déposer le code source tout en contribuant au patrimoine logiciel constitué par SWH.

Une grande partie des connaissances techniques et scientifiques développées aujourd’hui réside dans les logiciels. La préservation de ce corpus de connaissances universelles est aussi essentielle que la conservation des articles et des ensembles de données de recherche afin de promouvoir la science ouverte et les logiciels libres.

En construisant une archive universelle et pérenne du logiciel, Software Heritage vise à mettre en place une infrastructure essentielle au service de la société, de la science et de l’industrie. Ce projet, à l’initiative d’Inria, a pour objectif de collecter, organiser, préserver, et rendre accessible, à tous, le code source de tous les logiciels disponibles.
Le projet bénéficie du soutien de l’UNESCO et de nombreux partenaires internationaux comme Microsoft , DANS (institution de l’Académie Royale des Arts et des Sciences néerlandaise), l’université de Bologne, la Société Générale , Huawei , Nokia Bell Labs , Intel ont été rejoints récemment par Google , l’UQAM , GitHub , Qwant , FOSSID.

Depuis janvier 2018,  le dépôt de logiciel était disponible uniquement sur l’instance de HAL-Inria en phase de test. Cette phase est maintenant terminée et, à partir du 25 septembre, HAL et tous les portails disposent de ce type de document.

Le chercheur dépose une archive du code source et renseigne les métadonnées pour décrire son dépôt. Une fois le dépôt validé, et si le chercheur souhaite son transfert, il est importé dans Software Heritage qui génère un identifiant unique permettant sa traçabilité, le SWH-ID. Ensuite, le dépôt HAL est mis à jour avec cet identifiant. Voir la documentation en ligne pour en savoir plus.

Grâce au dépôt du logiciel sur HAL et à son archivage sur SWH, le logiciel devient un produit de recherche légitime et citable, ce qui est indispensable dans la quête pour la reproductibilité des résultats scientifiques.