Le CoSO a publié les résultats de l’appel à projets pour le Fond national pour la science ouverte (FNSO) et le CCSD a le plaisir de voir son projet HALOWIN retenu.

Qu’est-ce qu’HALOWIN, à part l’acronyme pour HAL Open Workflows and Interoperability ? 

Le projet HALOWIN, prévu sur une durée de 24 mois, a pour objectif d’améliorer l’interopérabilité entre HAL et les services de relecture de manuscrits en développant un cadre technique qui permettra l’échange automatisé de documents, de métadonnées et de notifications. Il repose sur un partenariat avec Peer Community In (PCI), plateforme ouverte  qui propose un service de recommandation et d’évaluation de preprints, et sur Episciences, plateforme d’hébergement d’épi-revues développée par le CCSD. 

L’objectif est non seulement d’identifier mais aussi de développer, de déployer et de tester l’ensemble des fonctionnalités nécessaires à l’interconnexion entre HAL et Episciences d’une part, et HAL et PCI d’autre part.

La pandémie de Covid-19 a rappelé et amplifié l’importance cruciale d’une communication directe des résultats de la recherche, tout comme la nécessité de leur fiabilisation et de leur validation. Le preprint permet aux chercheurs de diffuser immédiatement des résultats jugés significatifs et de recevoir les premiers commentaires de leurs pairs. Cette pratique est adoptée par un nombre croissant de communautés disciplinaires d’autant plus qu’elle bénéficie d’une reconnaissance institutionnelle et que des services innovants comme PCI se sont développés pour assurer la relecture, l’amélioration et la validation scientifique des preprints.

Cependant, il n’existe pas d’interopérabilité permettant un échange fluide et une synchronisation des données entre les services de relecture et les archives ouvertes. Cette situation limite l’usage des preprints, restreint leur qualification et nécessite des interventions manuelles chronophages notamment pour les chercheurs qui doivent soumettre leurs preprints sur différentes plateformes.

Le projet HALOWIN vise à dépasser cet obstacle. Il s’adosse à HAL qui diffuse notamment en libre accès plus 39 000 preprints et il s’inscrit dans le cadre de l’initiative internationale lancée par COAR pour définir des protocoles et des standards ouverts d’interconnexion entre les services de peer reviewing et les archives ouvertes.

Au-delà de simplifier et fluidifier les démarches des chercheurs, le projet vise à promouvoir la couche d’interopérabilité de HAL auprès de différents services de peer-reviewing au niveau international.